Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Cette promesse de floraison me fait vraiment plaisir.

 

Bulbophyllum eberhardtii 

DSCN8509.JPG

 

 

RSCN8513

 

Dès sa réception, l'année dernière, je l'ai  installé sur une grande plaque de liège avec de la sphaigne.

Juliette qui me l'a envoyé, a eu la bonne idée de mettre au moins quatre pseudobulbes pour permettre à l'orchidée de s'adapter rapidemment.  Je vaporise à l'eau de source tous les deux jours l'hiver et tous les jours l'été. L'orientation est Sud, Sud-Ouest près de la baie vitrée. L'humidité dans la véranda est de 70 % pouvant atteindre 90 % quand j'arrose toutes les plantes. La température varie, elle peut descendre à 12 °C l'hiver et monter jusqu'à 25 °C l'été.

 

DSCN8512.JPG

 

Sa floraison devrait ressembler à la photo ci-dessous (photo empruntée à Vacherot-Lecoufle).

 

Bulbophyllum eberherdtii est originaire du Sud Est asiatique, plante épiphyte de climat tempéré/chaud. Culture à 12°C-30°C. C'est une plante facile de culture et la fleur est parfumée.  

bulbophyllum-eberhardtii-1-.jpg

 

 

Pour en savoir plus sur les Bulbophyllum

 

Classification : Epidendroideae, Dendrobiinae

Etymologie : Du grec bulbos (bulbe) et phyllon (feuille).

Distribution : Asie, Australie, Océanie, Afrique, Madagascar et îles voisines, Amérique tropicale.

C'est le plus vaste genre parmi les orchidées, il compte 1 500 à 1 800 espèces environ, de nouvelles sont découvertes régulièrement. Ils sont présents dans presque toutes les zones tropicales et subtropicales du monde, dans des milieux très divers. Ils sont généralement épiphytes avec un port rampant ou grimpant, parfois lithophytes, très rarement terrestres. Les tailles sont très variables, allant de plantes naines à des géantes aux feuilles coriaces ou pendantes de 2 m de longueur. La plus grande diversité est observée en Nouvelle-Guinée, les espèces d'Afrique et celles d'Amérique ont des fleurs discrètes.

La culture des Bulbophyllum demande une humidité ambiante forte durant quelques heures de la journée et toujours supérieure

 à 70 °C mais avec une bonne ventilation pour éviter les pourritures bactériennes ou fongiques. Les espèces de grand développement et à pseudobulbes serrés les uns contre les autres ou assez rapprochés peuvent se cultiver en pot. Les espèces à port grimpant se cultivent sur plaque de liège avec peu ou pas de sphaigne entre les racines. Les arrosages doivent être réguliers, sans période de repos, en laissant sécher les plantes avant la nuit. L'eau sera peu minéralisée avec un peu d'engrais une fois sur deux. Originaires des sous-bois ou de fôrets brumeuses, les Bulbophyllum ne supportent pas le soleil direct, mais préfèrent un ombrage léger. Les divisions trop petites  (moins de quatre pseudobulbes) mettent beaucoup de temps à reprendre.

La pollinisation : L'insecte pollinisateur qui se pose sur le labelle et qui progresse vers la goutte de nectar nourricier est déstabilisé par son propre  poids, ce qui le fait pivoter vers la colonne qui dépose alors ses pollinies sur le corps de l'insecte, qui, en visitant une autre fleur, viendra par le même stratagème déposer les pollinies au nieau du stigmate. Les fleurs parfois odorantes (parfum souvent désagréable de viande ou poisson pourri, ou agréable mais intense) attirent des mouches pour leur pollinisation.

 

Description tirée de l'Encyclopédie des orchidées tropicales de Pascal Descourvières.

 

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :