Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

J'avais mis quelques bulbes de crocus Sativus en jardinière au début de l'automne. Je suis émerveillée à chaque nouvelle floraison qui se succède. Chaque bulbe me fait plusieurs fleurs aussi belles les unes que les autres mais elles fânent vite. Je mets les photos suivies de quelques renseignements sur cette plante mystérieuse.

 

 La jardinière n'est pas assez profonde mais ça pousse quand même.

DSCN3099

 

Ils aiment l'emplacement, derrière la baie vitrée.

 DSCN3243

 

 La fleur d'une jolie couleur violette a trois étamines jaunes

 et trois stigmates rouge orangé qui donnent l'épice.

DSCN3326.JPG

 

Je ne récolte que les stigmates qu'ils faut retirer très tôt et faire sécher pour conserver la saveur du safran.

 Ma modeste récolte ( j'en suis à neuf stigmates) à la fin me permettra de déguster du riz amélioré

 avec cette délicieuse épice.

Il faut faire tremper dans de l'eau les stigmates et ensuite le lendemain les rajouter en dernier dans le riz par exemple.

DSCN3327.JPG

 

Les fleurs se succèdent rapidement en ce moment. En voilà une nouvelle !

Les stigmates dépassent des pétales.

DSCN3354.JPG

 

J'ai huit bulbes qui peuvent donner jusqu'à huit fleurs.

 

 

L'origine mystérieuse du safran

 

La petite fleur bleue, Crocus Sativus L. est un cultivar, c'est-à-dire qu'il ne produit pas de graine et se reproduit donc uniquement par division des bulbes. Le renouvellement est très lent, le bulbe met deux ans à produire trois ou quatre bulbilles suffisamment mature pour être divisées. Ce même bulbe est épuisé au bout de cinq à six ans. Tous les safrans du monde partagent le même patrimoine génétique et sont sans doute issus d'un bulbe unique. On ne saura jamais qui a inventé le safran.

Les légendes en font un don des dieux. Il est connu à Sumea dès - 5 000 avant Jésus Christ, et aussi dans des temps très anciens en Inde.

 

 

Pour les passionnés de botanique

 

Le safran, qui est un crocus tout comme le vénéneux colchique, appartient à la famille des Iridacées. Son bulbe de deux à trois centimètres de diamètre est applati, globuleux, et  les enveloppes appelées les tuniques. Ses feuilles étroites, longues de 30 à 40 cm, apparaissent un peu avant ou en même temps que la fleur, et, comme pour toutes les plantes à bulbes, lui survivent suffisamment longtemps pour en reconstituer les réserves.

Le bulbe va donner jusqu'à huit fleurs, qui auront chacune six pétales de couleur violette, et un pistil portant un long style jaune pâle, d'où vont sortir trois étamines jaunes, et surtout les trois stigmates, de couleurs rouge orangé, qui donneront l'épice. Dans le safran, il y a cinq colorants différents, tous des caroténoïdes qui ont la particularité d'être soluble dans l'eau, donc utilisable comme colorant. C'est aussi une fleur très odorante, environ 35 arômes identifiés, dont le safranel, le plus important et le plus caractéristique, se développe lors du séchage.

La plante se multiplie par voie végétative, le bulbe produit chaque année trois à quatre nouveaux bulbilles. Leur développement commencent juste après la période de floraison, et ils atteindront la taille leur permettant de produire des fleurs en un à deux ans. Jusqu'en février, la croissance est lente, le bulbe accumule des réserves, il a besoin de températures basses. Les feuilles se fânent au printemps, quand les nouveaux bulbes sont formés, généralement en avril, et le safran entre dans la phase de repos végétatif avec les premières chaleurs. Il se réveille fin août et produit ses premières feuilles, puis les fleurs.

 

 

La récolte du safran

 

La récolte se fait sur quatre à six semaines avec un pic fin octobre, où environ 60 % des fleurs apparaissent en même temps, sur quinze jours.

La récolte se concentre sur une durée de 2 à 3 heures, au point du jour, pour éviter que les stigmates soient fanés par le soleil, ce qui se produit en quelques heures.

Le safan est ensuite séché à l'air. Il se garde trois ans.

 

La production mondiale est d'environ  300 tonnes par an, dont près de  80 % sont d'origine iranienne.

 

Ces renseignements sont tirés de ce lien http://www.mezgarne.com/maroc/safran.php

que je vous invite à voir pour les photos et plus d' informations.

 

 

Excusez-moi pour la longueur de cet article.

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :